Hier kommen Sie zum Inhalt

 Kolumbien Offizielles Tourismusportal

survey - Enquête

Utilisez-vous des applications pour smartphones avec des informations pour les voyageurs lorsque vous vous déplacez en Colombie ou ailleurs ?

Résultats
Informe-se a respeito da Colômbia
ilustracion-libro-cien-anos-de-soledad.jpg

Sevilla

Haga click sobre la imagen para ampliarla Ancienne maison bananière. Photo: Alberto Salcedo.

Ancienne maison bananière. Photo: Alberto Salcedo

L’exploitation agricole où nous nous trouvons est située à Sevilla, petite ville du département du Magdalena, à 86 kilomètres de Santa Marta. A la date du 6 Décembre 1928, c’était la seule construction en ciment qui existait dans la citadelle barbelée de la United Fruit Company.

Les autres logements étaient en bois. Les contremaîtres de l’organisation se réfugièrent dans cette maison parce qu’elle leur paraissait plus sûre face aux menaces incendiaires des travailleurs.

Tandis que l’état-major de la compagnie était retranché dans la vaste demeure principale, l’armée obligea Urbano Real, le grand-père du personnage histrionique qui me raconte cette histoire, à allumer les chaudières du chemin de fer à vapeur, pour étouffer par la force la grève des ouvriers. Arrivé à ce point, Jorge m’indique que, bien qu’il soit neé seulement en 1949, il a entendu pendant toute sa vie les personnes âgées raconter cette histoire. C’est pourquoi il peut affirmer que les fenêtres de chaque wagon avaient été transformées en nids de mitrailleuses de telle sorte que, quand le train avançait dans la Zone Bananière, il laissait une grande quantité de morts des deux côtés de la voie ferrée.

Alberto Salcedo Ramos, «El Olor del Platano Verde» (L’Odeur de la banane verte) Ed. La Palabra, Cali, 2007.

“(…) Meme se rendit à peine compte du voyage dans l’ancienne région enchantée. Il ne vit pas les interminables plantations de bananes, couvertes d’ombre, de chaque côté des lignes. Il ne vit pas les maison blanches des Amerloques, ni leurs jardins arides du fait de la poussière et de la chaleur, ni les femmes en shorts avec des corsages à rayures bleues qui jouaient aux cartes sous les porches. Il ne vit pas les routes encombrées de bœufs traînant leurs chargements de régimes de bananes sur les chemins poudreux. Il ne vit pas les jeunes filles qui sautaient comme des poissons dans les torrents aux eaux transparentes pour donner aux passagers du train le regret de leurs seins splendides, ni les baraques bigarrées et misérables des travailleurs dans lesquelles virevoltaient les papillons jaunes de Mauricio Babilonia (…).” Gabriel García Márquez, Cent ans de solitude, 1967.

Contactez-nous

PROCOLOMBIA
Calle 28 Nº 13A-15 36º Étage
Adresse électronique: Adresse électronique.

Ministry of Commerce, Industry and Tourism Fondo de Promoción Turistica PROCOLOMBIA