Aller au contenu

survey - Enquête

Utilisez-vous des applications pour smartphones avec des informations pour les voyageurs lorsque vous vous déplacez en Colombie ou ailleurs ?

Résultats
Informe-se a respeito da Colômbia

Vous êtes ici:

Accueil > Touriste > Quoi faire? > Histoire et tradition > Le Bicentenaire des Indépendances en Colombie > Les itinéraires des Comuneros : germe de l'indépendance

Les itinéraires des Comuneros : germe de l'indépendance

Haga click sobre la imagen para ampliarla Pont de Boyaca

Pont de Boyaca / Photo: H. López B.

La Ruta Comunera (itinéraire des comuneros) débute dans le Santander, lieu par excellence des sports d’aventure et finit dans la froide et belle Savane de Bogotá. Elle est consacrée comme étant un des itinéraires qui ont donné naissance aux sentiments nationalistes qui ont conduit à l'indépendance presque trente ans avant qu'elle ne devienne une réalité.

C'est une des régions les plus variées de Colombie : des montagnes et des villages pour le tourisme rural, des cascades, des rivières et des canyons pour les sports extrêmes et d’aventure et maintenant ce parcours culturel qui revient à effectuer un voyage dans le temps jusqu'à la colonie.

Un peu d'histoire

La Ruta Comunera (itinéraire des Comuneros) traverse le Boyaca, le Santander et le Cundinamarca.

La « Revolución Comunera » (le soulèvement des comuneros) a débuté dans la municipalité de Socorro dans le département de Santander, Colombie, le 16 mars 1781. La raison : la Couronne Espagnole leva un nouvel impôt sur le coton et les tissus en plus du monopole sur l’eau-de-vie et le tabac pour financer la guerre des Forces Navales de Barlovento contre l’Angleterre.

Le peuple refusa ces mesures en raison de la pauvreté dans laquelle la plupart vivaient déjà et cette protestation fut rejointe par les commerçants et les propriétaires d’haciendas conduisant au soulèvement de 20 000 personnes, pour en exiger le retrait. L'héroïne qui leva la voix contre ce document n'était autre que Manuela Beltran et a constitué le détonateur des événements qui ont suivi.

Haga click sobre la imagen para ampliarla Buste de Manuela Beltran à Socorro, Santander.

Buste de Manuela Beltran à Socorro, Santander / Photo: H. López B.

Le rassemblement traversa le Santander, le Boyacá et le Cundinamarca et obtint la signature par l’Audience de plusieurs capitulations qui reconnaissaient les 35 demandes présentées par les comuneros. Ces capitulations furent rejetées par le Vice-roi, ce qui entraîna un nouveau soulèvement qui eut une fin moins heureuse : de nombreux comuneros furent exécutés, envoyés en Afrique ou jetés en prison par les autorités de l’époque.

Cependant, c’est cette lutte des comuneros qui a fait naître le sentiment nationaliste qui a donné plus tard naissance à l'indépendance du pays, tout en présentant, avant la Révolution Française, un ensemble de revendications sociales, politiques et économiques qui sont inscrites dans les 35 demandes des comuneros.

L’itinéraire des comuneros : toute une aventure

Santander

Haga click sobre la imagen para ampliarla Monument à l’appartenance à Santander dans le Parc Chicamocha, Santander.

Monument à l’appartenance à Santander dans le Parc Chicamocha, Santander/ Fot: H. López B.

Il est nécessaire de partir de Socorro, le village où a commencé le soulèvement. On y trouve de belles maisons et des églises coloniales décorées d'énormes pierres jaunes taillées par des artisans et des ouvriers de l'époque. La ville compte plusieurs musées ainsi que des sentiers et plusieurs rivières proches pour pratiquer le canoë. Un de ses plus importants attraits est le Couvent des Capucins avec sa très belle façade.

Vers le nord, il y a deux villages qu'il ne faut pas manquer de visiter. Il s'agit de San Gil, avec son église principale et son parc appelé El Gallineral, à la nature majestueuse avec ses arbres « barbus ». A vingt minutes de là se trouve Barichara, le plus joli village de Colombie avec son ambiance pacifique et l'architecture coloniale la mieux préservée de tout le pays. Il est également renommé pour son artisanat en fique (fibre naturelle des feuilles de la furcraea andina) et la vue spectaculaire depuis son mirador.

Tout au long de l’itinéraire du Santander, il est possible de s'adonner aux sports d'aventure.

Près de Barichara se trouve également Guane, autrefois habité par les indiens Guane. Vous y découvrirez un très beau chemin royal et un musée anthropologique et archéologique. A trois heures de Socorro se trouve Bucaramanga, la capitale de Santander. A la périphérie de la ville se trouve le merveilleux Canyon de Chicamocha ainsi que son parc thématique avec un téléphérique de 6,5 km qui la relie à Mesa de los Santos, d'où l'on peut admirer l'ensemble du canyon.

Boyacá

Après avoir parcouru le Santander, nous nous dirigeons vers le sud pour traverser le Boyaca et sillonner le département. Plusieurs villages de l’Itinéraire Libérateur sont également traversés lors du soulèvement des Comuneros.

C’est le cas de Tunja, capitale de Boyaca, de Paipa, du Pantano de Vargas et du Pont de Boyaca.

Cundinamarca

Haga click sobre la imagen para ampliarla Place des Comuneros à Zipaquira.

Place des Comuneros à Zipaquira / Fot: H. López B.

Pour atteindre le Cundinamarca il est nécessaire de traverser les provinces de Mogotes, Simacota, Charalá, Oiba et Suaita, pour arriver à Zipaquirá, où les capitulations ont été signées. Il est possible d'y visiter la Cathédrale de Sel, la première merveille de Colombie.

En arrivant à Bogotá, non loin de la ville, se trouve Chia. On y découvre un pont de l'époque, que Simon Bolivar a des années plus tard traversé pour attaquer Santafé (aujourd'hui Bogotá). Une fois dans la capitale colombienne, visitez la Place de Bolivar où ont été exécutés les dirigeants du soulèvement des Comuneros.

Voies d'accès

Cet itinéraire est accessible par la route ou par voie aérienne.

En partant de Bogotá, on prend la direction de Tunja puis de Socorro, il faut compter environ cinq heures de route. Il y a deux façons d'y aller : la première est de passer par Choconta, de traverser la zone du Pont de Boyaca pour arriver à Tunja. L'autre route plus courte est de passer par Zipaquira, de visiter la Cathédrale de Sel puis d'aller jusqu'à Chiquinquira. Les deux itinéraires sont dans la même municipalité appelée Barbosa.

Par contre, en partant de Bucaramanga, il ne faut que trois heures. Il est possible d'aller à Bucaramanga en avion, avec n'importe quelle compagnie de vols nationaux.

Contactez-nous

Proexport Colombia
Calle 28 Nº 13A-15 36º Étage
Adresse électronique: Adresse électronique.

Colombia | Marca País Ministry of Commerce, Industry and Tourism Fondo de Promoción Turistica Proexport Colombia