Hier kommen Sie zum Inhalt

 Kolumbien Offizielles Tourismusportal

La respuesta es Colombia

Sie sind in:

Accueil > Official Bloggers > Blogueurs du site > Timothée de Saint-Albin

We are an expat community that live and feel Colombia; we write in our native languages and love to travel through this beautiful country. Here you can find our travel stories where we share sensations, flavors and smells from Colombia. We invite you to read our experiences.

(*) Colombia.travel and PROCOLOMBIA is not responsible for personal opinions presented by each blogger.

Follow us on FacebookFollow us on TwitterFollow us on FlickerFollow us on Youtube
Timothée de Saint-Albin

Timothée de Saint-Albin

Après avoir été journaliste une dizaine d'année en France, Timothée est arrivé en Colombie en 2006. Il a fondé à Bogotá Bolivar Old Prints, un magasin d'antiquité spécialisé dans les cartes anciennes, les gravures et livres de voyageurs. C'est à ce jour l'unique magasin de ce type dans la partie Nord de l'Amérique du Sud. En parallèle à son activité d'antiquaire, il mène des recherches sur l'iconographie de Carthagène et collabore à plusieurs projets d'exposition, notamment avec la Bibliothèque Nationale de Colombie.

Entrées marquées dans quindió

Le passage du Quindío, une allégorie colombienne

Passage de Sargento, Orbigny, Paris, c. 1840. Archivo Bolivar Old Prints (www.bolivaroldrprints.com).

Le passage du Quindío et le thème des « cargueros » (porteurs d'homme) ont fasciné tout au long du XIXème siècle les voyageurs européens. Tout commence avec Alexandre de Humboldt, le grand explorateur et scientifique allemand, qui voyage dans le Nord de l'Amérique du Sud entre 1799 et 1803. En 1801, après un bref séjour à Bogotá, il repart en direction de Popayán puis de l’Équateur. Entre Ibagué et Armenia, Humboldt traverse le passage du Quindío, qu'il décrit ainsi : « une forêt épaisse entièrement inhabitée que, dans la plus belle saison, on ne traverse qu'en dix  ou douze jours (…). Peu de personnes aisées ayant, dans ces climats, l'habitude de marcher à pied et dans des chemins aussi difficiles (…), on se fait porter par des hommes qui ont une chaise liée sur le dos ; car dans l'état actuel du passage du Quindiu, il seroit impossible d'aller en mules. On entend dire dans ce pays aller à dos d'homme (andar en carguero), comme on dit aller à cheval. Aucune idée humiliante n'est attachée au métier de carguero. Les hommes qui s'y livrent ne sont pas des Indiens, mais des métis, quelque fois blancs (…). Les cargueros portent communément six à sept arrobas (75 à 88 kg), parfois huit. »

Contactez-nous

PROCOLOMBIA
Calle 28 Nº 13A-15 36º Étage
Adresse électronique: Adresse électronique.

Ministry of Commerce, Industry and Tourism Fondo de Promoción Turistica PROCOLOMBIA